reduire impots - femme joyeuse assise sur un pouf avec un ordinateur portable sur les cuisses

Comment réduire ses impôts quand on est célibataire ?

|
Par Jérémy Jaujard
Temps de lecture : 5 min

Vous ne pouvez pas bénéficier des avantages du quotient familial pour le calcul de l’impôt sur le revenu. Alors, comment réduire ses impôts quand on est célibataire ? Plusieurs pistes sont à explorer pour obtenir des réductions et déductions fiscales.

Pourquoi les célibataires paient-ils plus d’impôts ?

C’est le fonctionnement de l’impôt sur le revenu qui fait que les célibataires paient plus d'impôts. La taxation s’effectue en effet sur la base du revenu fiscal de référence, corrigé par le quotient familial. Comme vous n’avez ni conjoint, ni enfants, vous ne représentez qu’une seule part. contre deux pour un couple, trois pour un couple avec 2 enfants. C’est pourquoi vous payez le prix fort !

Mais vous pouvez aussi être célibataire et avoir une personne à charge, enfant ou parent. Dans ce cas-là, le seuil d’imposition sera plus élevé.

À savoir : si vous versez une pension alimentaire pour un enfant dont vous n’avez pas la garde alternée, celle-ci est intégralement déductible des revenus.

Quel est le plafond imposable pour une personne seule ?

Le barème de l’impôt sur le revenu est progressif : plus vous avez de revenus, plus vous êtes taxé. Même avec l’arrivée du prélèvement à la source, la déclaration s’effectue une fois par an. 

Vous devez déclarer vos revenus d’activité. Et même si vous êtes célibataire (ou veuf, divorcé ou séparé), vous avez peut-être droit à des parts de quotient familial. Elles entreront en compte pour le calcul du seuil de non-imposition.

 Pour n’être pas imposable, il faut respecter les seuils suivants :

Nombre de parts fiscalesCélibataire
115 547 euros
1,520 659 euros
225 772 euros
2,530 884 euros
335 997 euros
3,541 109 euros
446 222 euros
4,551 334 euros
556 447 euros

Célibataire : comment payer moins d’impôts ?

Réduire ses impôts quand on est célibataire, c’est possible ! Diverses possibilités s’offrent à vous, qui implique ou non d’investir. On fait le tour de la question.

Grâce aux investissements

Investissement immobilier ou investissement productif : dans les deux cas, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt.

Les dispositifs de défiscalisation pour réduire l’impôt des célibataires

  • La loi Pinel : selon la durée d’engagement, le dispositif Pinel vous offre une réduction d’impôt de 36 000 à 63 000 euros. Elle s’applique à un investissement dans un bien immobilier neuf, en France et dans les DOM-TOM ;
  • La loi Denormadie : complétant le Pinel, le dispositif Denormandie vous fait profiter des mêmes réductions d’impôt, mais dans l’ancien ;
  • La loi Censi-Bouvard : vous pouvez défiscaliser jusqu’à 33 000 euros en achetant un logement neuf dans une résidence avec services ;
  • La loi Girardin social : il s’agit d’un dispositif de défiscalisation en outre-mer. La réduction atteint 50 % du montant de l’investissement (prix de revient du logement social) ;
  • La loi Malraux : en contrepartie d’une réhabilitation portant sur l’intégralité d’un immeuble localisé en secteur sauvegardé, l’administration fiscale vous autorise à défiscaliser les travaux, dans une limite de 400 000 euros sur 4 ans ;
  • La loi Monuments Historiques : si le logement est ouvert au public, vous pouvez déduire l’intégralité des dépenses de travaux, sans limitation de montant.

L’investissement productif pour diminuer l’impôt du célibataire

Plusieurs options s’offrent à vous pour payer moins d’impôt en tant que célibataire :

  • L’investissement SOFICA : vous allez investir dans le cinéma, et obtenir en contrepartie une réduction d’impôt maximale de 5 400 euros ;
  • L’investissement en Girardin industriel : c’est un placement à fonds perdu, qui génère une réduction d’impôt one shot. L’année de votre investissement, elle se monte à 120 % des fonds versés ;
  • L’investissement dans un groupement forestier : il offre une réduction de 18 % sur l’impôt sur le revenu ;
  • L’investissement dans une entreprise innovante non cotée en Bourse : Le célibataire peut réduire ses impôts de 18 % ;
  • La souscription de parts dans des FCPI et FIP : applicable seulement dans les Dom et en Corse, elle ouvre droit à un réduction d’impôt de 30 %.

L’investissement locatif pour réduire les impôts d’une personne seule

Le célibataire peut réduire ses impôts grâce à un investissement immobilier locatif, en location nue comme en location meublée. À condition de choisir le bon régime fiscal !

En location vide, vous avez le choix entre le régime micro-foncier et le régime réel. Le premier vous offre un abattement de 30 % sur les revenus fonciers (loyers). Avec le second, vous pouvez déduire certaines charges des revenus et ainsi créer un déficit foncier. L’intérêt est que celui-ci est imputable et reportable sur le revenu global pendant 6 ans, lorsqu’il ne provient pas des intérêts d’emprunt. Sinon, il se déduit et se reporte sur la catégorie des revenus fonciers pendant 10 ans.

Avec le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP), vous avez le choix entre le régime micro-BIC et le régime réel pour l’imposition des revenus locatifs. Le premier propose un abattement de 50 % sur les BIC de location meublée. Le second, de déduire toutes les charges et de pratiquer des amortissements. 

Si vous créez un déficit, celui-ci est reportable pendant 10 ans sur la catégorie des recettes locatives (BIC). L’idéal pour réduire ses impôts quand on est célibataire !

Lire aussi : Comment défiscaliser avec la location meublée ?

Grâce aux déductions fiscales

À la différence de la réduction d’impôt, qui est appliquée sur le montant de l’impôt, la déduction fiscale consiste à retrancher une somme du revenu imposable. Voici trois exemples de déductions pour réduire les impôts du célibataire.

Les frais réels

Au moment de déclarer les revenus, vous avez le choix entre appliquer l’abattement de 10 % pour les frais personnels ou opter pour les frais réels. À ce titre, vous pouvez réduire vos impôts :

  • Des frais de repas : le fisc limite cette possibilité à 4.90 euros par repas ;
  • Des frais de transport ;
  • Des dépenses liées à l’équipement professionnel, la formation ou les déplacements professionnels.

Les dons

Vous allez ici conjuguer solidarité et diminution d’impôt. En contrepartie d’un don à une association ou à un organisme d’intérêt public, vous pouvez réduire votre impôt à concurrence de 20 % maximum du revenu imposable. Le taux de défiscalisation varie de 66 à 75 %, avec un plafond de versement.

Les primes versées sur un PER

Les versements réalisés sur un plan épargne retraite peuvent être déduits, dans une limite de 10 % des revenus d’activité (hors locatif). Au maximum, vous pouvez déduire 32 149 euros.

Photo_Auteur_Jeremy.webp
Jérémy Jaujard

Expert immobilier certifié CEIF FNAIM